Un pisci rintr’a to panza Lyrics Fr

Un pisci rintr’a to panza

 

Mamma, haju una fudda

Ri pisci rintra ‘a tiesta

‘A luna s’astutò

Mamma m’addumi tu?

 

A ghiriminni haj’ statu

Sempri ‘u cchiù vinciusu

Sugnu accussì ma ‘sta cunnanna ‘a sai

‘A sai ru’ voti

 

Quann’eri nica e

Ghiucavi a fare ‘a mamma

N’aspittavi rui, quattru o tri

Ri masculiddi?

 

Quannu ‘a matina è acqua

Prima ca mi sveglio

Sentu una manu in capu all’occhi

Mamma, cu pò essere?

 

‘U tiempu si squagghia

 

E tornu a natari,

Un pisci rintr’a to panza

Ju e tu, tutta una cosa

Ci pienzi, mamma?

 

Quann’eri nica e

Ghiucavi a fare a mamma

Ju nun ci criu ca ‘un l’addisiasti mai

Una fimminiedda

 

Quannu ‘a matina è acqua

E ancora nun mi sveglio

Sientu ‘a carizza ri ‘dda figghia ca

‘Un t’ha nasciutu mai

 

‘Na frieve m’annagghia e mi squagghia

 

Natamu a miliuna, ‘na fudda ‘i pisci rintr’a’ to panza

Di poi s’adduma ‘na luna

 

Ormai nuotu sulu, ‘sta luna s’agghiuttìu sulu a mia

M’attigghia anticchia ‘a pinzata

Ri ‘un aviri a nasciri mai

Ri ‘un aviri a soffriri mai

Ri ‘un aviri a fariti soffriri mai

Ri ‘un aviri a moriri mai

Un pisci rintr’a to panza

 

Maman, j’ai une foule

De poissons plein la tête

La lune s’est éteint

Maman, tu la rallumes?

 

Pour m’en aller,

J’ai toujours été le premier

Je suis fait comme ça, c’est mon destin, tu sais bien

Tu le sais deux fois

 

Quand tu étais petite

et jouais à la maman

T’en attendais deux, quatre ou trois

petits hommes?

 

Quand la matinée est l’eau

Avant de me réveiller

Je sens une main au dessus de mes yeux, maman

Qui cela peut-il être?

 

Le temps se liquéfie

 

Et je repars nager

Un poisson dans ton ventre

Toi et moi, une seule chose,

Tu y penses, maman?

 

Quand tu étais petite

et jouais à la maman

Moi j’y crois pas que t’aies jamais voulu

une petite fille, toi?

 

Quand la matinée est l’eau

Et je ne suis pas encore réveillé

Je sens la caresse de la fille que

Tu n’as jamais eu

 

La fièvre s’empare de moi et me fais fondre

 

On nage par millions, une myriade de poissons dans ton ventre

Et puis s’allume une lune

 

Désormais je nage seul, le seul que cette lune a avalé

Une pensée me chatouille

Celle de ne pas devoir naître

De ne jamais devoir souffrir

De ne jamais devoir te faire souffrir

De ne jamais devoir mourir