Vucciria Lyrics Fr

Vucciria

 

Scappavamu ri nichi e nichi

“Strata liscia, pista vascia!”

Iccati ddà nei viculicchi

A pieri in tierra, in tiesta ‘a guerra.

Me’ matri avieva ‘i sdillinchi, ch’i tiritanchi,

Mentri ju spicava ch’i manu nei cianchi

Assicutatu ‘i tutti comu ‘u carru r’i santi.

“Sangu ru sagnu r’i me’ vini

si t’annagghiu t’i rugnu ne’i rini!”

Me’ matri nun lu sapi ca mi scassu ri forst

E poi satariu attipu grillu

Una sardella

In capu a’ sella

In capu ‘nu quintale ‘i gel

Arrivu isannu in mienzu o’ burdiellu

Ma me’ matri chi voli capiri, si nun mi viri,

Ju cercu l’amuri in mienzu ‘o Garraffaello.

Ciesca ciesca, ‘a chiazza

è un armalu chinu chinu ri tieste,

Chinu ri vrazza

A’ punt’a cantuniera incocciu quattru amici mia

Mi finisci ‘a cunfusioni er accumincia ‘a Vuccirìa

 

Ccà nun c’è nuddu ca nni rici niente

Nun c’è nuddu ca nni cunta favole

‘A matina abbannìu

‘A menz’jornu abbannìu

Tutta ‘a sira abbannìu

Arriva ‘a notti e fazzu vuccirìa

 

‘Atti mmriachi runn’egghiè

A unu a unu càrinu attipu niespuli

Unu lientu lientu pi lanzari s’arrassa

E viu ‘stu ciuri biancu, una cavadda ri razza,

Troppu delicata, troppu assistimata

Sulu sulu ca mi rici “cionnami” c’una taliata

Smuntu r’u muturi

N’a me’ tiesta attacca ‘u film e ju sugnu l’atturi

Anzi ju e idda nuri

Chini ri sururi

Nni schiacciamu i punti nivuri doppu l’amuri

Mi pigghiu ri curaggiu e ci ricu: “chi fa,

N’ammuttunamu i birra fino a doppuruma’?”

 

Nun mi nni avieva addunato

A lato ‘i l’amuri miu

C’è ‘u so’ zito, acciuratu,

Cu’ un pezzu ri cutieddu ca parinu dui,

Unu in capu all’avutru, simpatico,

Mi quartìu e ni viru n’avutru, poi n’avutru, poi n’avutru…

 

Si mi scusassi e m’a svignassi,

Ma chi pienzi ca ‘un m’a scapuliassi?

Ma ormai addivintavu n’armale

E l’antitetanica m’a fici a natale

P’un muzzicuni ri cane,

E ‘u culu ormai ‘un mi fa cchiù male

Trovu una vuci e ‘a jeccu supr’a Vuccirìa

“Ora viriemu cu è ca s’arrifardia!”

 

Ccà nun c’è nuddu ca nni rici niente

Nun c’è nuddu ca nni cunta favole

‘A matina ju abbannìu

‘A menz’jornu abbannìu

Tutta ‘a vita abbannìu

Arriva ‘a notti e fazzu vuccirìa

 

“Cu ‘i vagnò ‘i balati r’a vuccirìa?”

Sunnu quattru contr’a unu

Iccati all’anciluni versu ‘i mia

‘A genti s’allasca a taliare,

‘A chiazza è un giru ri nasca, è ‘n altare

E nui cinqu’ ddà nmienzu ‘o tagghiere

Haju un aumientu di freve

Ogni vota ca unu avanza un piere

S’avvicinanu ma nun mi spostu n’arriere

Mi pari tutta una manu ca strinci supra ‘u pusiere

 

Cu fu ca vagnò ‘i balati r’a vuccirìa?

S’u vegnu a sapisciu m’allisciu e poi m’u vasu tuttu

Ju a vu’ avutri vi futtu

Cu ‘sti balate lippuse

Vi fazzu cariri senza bisognu ca v’ammuttu

Infatti (sentiti chista, eranu quattru no?):

‘U primo sciddicò e ‘u sicunnu ci cariu in capu

‘U terzu li azziccò e sbattìu ‘a tiesta supra ‘na balata

‘U quartu si vutò e si firriò

Si intisi minacciato e s’a scapputtò

 

Comu fu, comu non fu

In menzu a tutt’a genti arristamu sulu

Ju e l’amuri miu, mischina, traumatizzata p’u riestu r’a vita

Si idd’a sienti parrari, nun havi cchiù parole

Ci prova siempre ma ormai s’a fira sulu a diri:

“Stump staz stupurutanz!”

Vuccirìa[1]

 

On s’échappait déjà tout petit

“La route est lisse, la voie est libre”

Jette-toi là dans les ruelles

Les pieds par terre et la guerre en tête.

Ma mère s’évanouissait tout en convulsant,

Pendant que je grandissais, les mains sur les hanches

Poursuivi par tous comme le char des saints.

“Le sang du sang de mes veines

Si je t’attrape tu te le prendras dans le derrière!”

Ma mère ignore que je me bourre à la Forst [2]

Et puis je saute comme une sauterelle,

Une sardine,

sur la selle

Et sur la tête 500 grammes de gel

J’arrive au beau milieu du bordel

Mais ma mère ne le saura, si ne me voit!

Je cherche l’amour au coeur de Garraffaello [3].

Cherche, cherche la place

C’est un animal pleins de têtes

et pleins de bras

Au carrefour je rencontre quatre de mes amis

Je reprends mes idées et commence la Vuccirìa [4]

 

Ici, persone ne se parle

Personne pour te raconter des contes de fées

Le matin je crie

À midi aussi

Je crie toute la soirée

Arrive la nuit et je fais Vuccirìa [5]

 

Des chats bourrés partout

Ils tombent l’un après l’autre, comme des nèfles

Un s’éloigne doucement pour vomir

Et je vois une fleur blanche, une jument de classe

Trop délicate, trop maquillée,

Qui me dit “mords moi!” D’un seul regard 

Je descends de la moto

Dans ma tête commence le film, dont je suis l’acteur

Elle et moi, nus,

tout en sueur

On s’éclate les points noirs après l’amour

Je prends mon courage à deux mains et lui lance: “Que fait on?

On se remplit de bières jusqu’après demain?”

 

Je ne m’en étais pas rendu compte

Mais à côté de mon “amour”,

il y a son mec et sa lame

Tellement grande qu’elles semblent deux,

L’une sur l’autre, sympathique!,

J’examine ce qu’il y a autour de moi Et j’en compte un, deux, trois…

 

Et si je m’excusais et m’en allait,

Tu crois que j’en réchapperais?

Je suis un animal, désormais

Et puis l’antitétanique je l’ai déjà pris à Noël

Pour la morsure du chien

Et j’ai plus mal au cul

Je trouve ma voix et la lance au dessus de la vuccirìa

“On va bien voir qui reculera!”

 

Ici, persone ne se parle

Personne pour te raconter des contes de fées

Le matin je crie

À midi aussi

Je crie toute la vie

Arrive la nuit et je fais Vuccirìa

 

“Qui a mouillé les pavés de la Vuccirìa?”[6]

À quatre contre un
Menaçant ils se lancent vers moi

Les gens s’écartent pour regarder

La foule forme cercle, un autel,

Et nous cinq là, au milieu du tranchoir

Ma fièvre augmente

À chacun de leur pas

Eux s’avancent, mais je ne recule pas

On dirait les 4 doigts de la main qui prennent le pouce

 

Qui a mouillé les pavés de la Vuccirìa?

Si jamais je l’apprends, je vais le caresser

Et l’embrasser partout

Moi, je vais vous avoir

Avec ces pierres glissantes, je vous fais tomber

Sans même vous pousser

Et en fait (quatre qu’ils étaient, écoutes ça):

Le premier glisse et le deuxième lui tombe dessus

Le troisième les plante, y s’est trompé, S’éclate la tête sur le pavé

Le quatrième tourne comme une girouette

Et prend la poudre d’escampette

 

Et je ne sais pas trop comment, mais

Au milieu de la foule, nous restons seuls,

Mon amour et moi, pauvrette, traumatisée

Elle essaye pourtant, mais dorénavant ne sait dire

[1] La vuccirìa est un des marchés à ciel ouvert installé par les arabes pendant leur séjour à Palerme (831-1072 après JC), le nom en sicilien signifie “grande confusion” bien qu’il dérive étymologiquement, de ses cousins Français “Boucherie”, anglais “Butchery” et espagnol “Boqueria”, lesquels désignent les lieux de vente de viande et de poisson. Connu pendant des siècles comme lieu de vente de bien alimentaires, lors des dix dernières années, il a changé de look, par la faute de l’éclosion des supermarchés, l’activité de ces marchés à ciel ouvert a du s’ouvrir aux horaires nocturnes pour survivre, en effet la nuit la Vuccirìa devient synonyme d’alcool bon marché, musique trés forte, aucun ticket de caisse. De nos jours, c’est Le lieu de la movida plus illégal ou extraordinairement se retrouvent tous les palermitains: étudiants, clochards de 60 ans, très jeunes adolescents des quartiers populaires, vrais ou faux artistes, kékés (“tasci” terme utilisé pour le palermitain coloré, parasite humain, socialement abandonné et incivile). La chanson “Vuccirìa” parle d’un quéqué narrée à la première personne.

[2] A Palerme se trouve la Société de la FORST, qui n’étant pas assujetti au coût de transport est une des boissons alcooliques parmi les plus économiques. Elle est très prisée par les ouvriers en bâtiment, tous les travailleurs plus humbles, les supporters de football de Palerme, qui en ont fait une véritable religion, elle est également la bière officielle de la Vuccirìa.

[3] Piazza Garraffello, une des principales places de la Vuccirìa.

[4] Comme nous le disions précédemment, Vuccirìa est le nom du marché mais également synonyme de grande confusion, d’où le jeu de mots en Sicilien.

[5]  Voir Note 9.

[6] De l’arabe Balat: Pierre, nous préférons ne pas traduire ce mot par lequel nous identifions le pavé typique d’une bonne partie du centre historique palermitain, composé de sanpietrini rudimentaires et de grande dimension. Le proverbe “les pavés de la vucciria se sècheront jamais” provient d’une légende ancienne et désigne un fait qui n’arrivera jamais.